Lek Kiatsirikajorn

Contenu

Lek Kiatsirikajorn

Thaïlande

Né en 1977, Lek Kiatsirikajorn étudie la peinture aux beaux-arts de l’Université Silpakorn, à Bangkok, avant de s’intéresser à la photographie et sa diffusion. En 2001, il part poursuivre ses études de photographie en Angleterre à l’Arts Institute de Bournemouth. À peine diplômé, il se voit décerner le prix « Quand la mode rencontre l’art » par le magazine britannique ArtReview. Après sept ans à travailler pour la mode et la publicité au Royaume-Uni, Lek retourne en Thaïlande en 2008.

Liens

As time goes by

Photoquai 2011

Ce projet qui marque le retour de Lek Kiatsirikajorn en Thaïlande. L’univers familier de « la maison », celui du foyer familial ou celui de l’entité plus large de la nation, est sa source d’inspiration. De son propre aveu, il s’agit d’une réflexion inhérente à son bagage culturel thaïlandais. Ce lien profond à ses origines et à sa famille n’est pourtant pas l’expression d’un nationalisme : à travers ce travail, il tente de cerner cet équilibre subtil qui existe entre l’identité cosmopolite d’un citoyen du monde et l’enracinement dans la terre natale.

Cet exercice lui permet d’entrevoir des aspects de son pays natal qu’il avait négligés jusque-là, et, par une observation du quotidien, de le représenter de façon plus universelle. La qualité des photos, qui dévoilent l’univers intime de la famille de Lek, provient – en partie – de sa maîtrise technique, acquise en Angleterre. Les prises de vues sur films négatifs sont réalisées à l’aide d’appareils moyen format ; les négatifs sont scannés avant d’être imprimés par jet d’encre sur papier Archive. Pour cette dernière étape du processus, son expérience de retoucheur numérique permet à Lek un contrôle tonal poussé qui confère à ses images une richesse particulière, qui n’est pas sans rappeler son passé de peintre.

Série réalisée en 2008.

Lost in Paradise

Résidences photographiques 2011

Lek Kiatsirikajorn a amorcé le projet Lost in Paradise en 2011. En voulant faire le portrait de thaïlandais immigrés de l’intérieur, venus des campagnes aux abords de la capitale, Bangkok, il découvre des travailleurs qui recréent un univers agricole dans ce no man’s land constitué par les zones périurbaines. Il compare leur situation à celle de la Thaïlande : « Ils ont quitté leur passé en espérant une vie meilleure, mais se retrouvent coincés entre leur passé disparu et un avenir inatteignable ».

Série réalisée en 2011-2013.