Mehrdad Naraghi

Contenu

Mehrdad Naraghi

iran

Né en Iran en 1978, Mehrdad Naraghi a fait des études d’ingénieur à la Sharif University of Technology de Téhéran, avant de donner un tournant à sa carrière en se consacrant entièrement à la photographie. Basé à Téhéran, le photographe rejoint la AG Gallery en 2014, après plusieurs années passées à la Silk Road Art Gallery. Ses photographies ont fait l’objet de plusieurs expositions de renom international : Unseen Photo Fair 2015 à Amsterdam, Contemporary Iranian Photography à Los Angeles et Festival international de la photographie de Derby en 2014, Abu Dhabi Art aux Émirats Arabes Unis et That Shimmering Beast à la Empty Quarter Gallery de Dubai en 2010.

Mehrdad Naraghi a collaboré avec le musée du quai Branly à deux reprises : en 2007, il participe à la première édition de Photoquai avec sa série Brouillard et obscurité et en 2009, il est exposé dans le cadre de l’exposition 165 ans de photographie iranienne. Sa série The Fairyland a été récompensée par le Grand prix de la Découverte en 2013 et ses œuvre ont intégré les collections de la Bibliothèque nationale de France et du musée du quai Branly - Jacques Chirac.

Liens

Japanese Gardens

rÉsidences photographiques 2014

Pour réaliser son projet Japanese Gardens, Mehrdad Naraghi s’est rendu au Japon pendant 6 mois afin d’étudier l’esthétique des paysages et jardins japonais. Travaillant sur la notion de paysage et sur ses multiples interprétations depuis environ cinq ans, il a décidé de se plonger dans la littérature japonaise relative aux jardins traditionnels. En étudiant ces textes, il a pu y constater des liens étroits avec les notions développées dans la poésie persane et plus particulièrement dans les écrits de Omar Khayyam, Rûmî ou encore Hafez. Il s’est notamment intéressé au terme yugen, qui, dans l’esthétique japonaise, évoque la profondeur et le mystère. Associant ces concepts avec l’idée de l’obscurité et de la tranquillité, Mehrdad Naraghi a choisi de s’immerger au sein de plusieurs jardins traditionnels et d’y explorer l’espace via ces différentes notions. C’est à Tokyo et Kyoto qu’il a choisi de mener son exploration, villes réputées pour la beauté de leurs nombreux jardins.

Les photographies de la série, qui semblent réalisées de nuit, présentent des univers obscurs de sous-bois dont le ciel est absent. L’œil qui finit petit à petit par s’habituer à la densité de l’espace saturé de feuilles, semble finalement acquérir une faculté tactile. Mehrdad Naraghi a apporté une dimension introspective à ce travail, réalisé à la suite d’un séjour au Organ House Art Space de Chongqing, en Chine. Il cherche à se forger une meilleure connaissance de la culture asiatique à travers les familiarités et affinités qu’il ressent avec le sujet étudié en tant qu’artiste iranien.

Série réalisée en 2015.

Brouillard et obscurité

photoquai 2007

Les humains manquent à ces images nébuleuses… Recomposés et maquillés à loisir, les clichés de nuits urbaines de Mehrdad Naraghi évacuent la réalité pour le rêve ou le cauchemar…

Série réalisée en 2005-2006.