"Peintures des lointains"

Contenu

Pour la première fois, le musée du quai Branly - Jacques Chirac présente au public un important portant ensemble d'œuvres occidentales - tableaux, dessins et gravures - conservées dans ses fonds. Ces images de l'autre et de l'ailleurs sont longtemps restées méconnues en raison de l'héritage colonial dont la collection est porteuse.

L'exposition revient sur ce passé colonial dont la mémoire continue de susciter dans la société française contemporaine de vives controverses. Une grande partie des œuvres exposées provient du musée colonial créé en 1931 au palais de la Porte dorée pour l'Exposition coloniale. A la décolonisation, ces oeuvres ont été mises à l'index. Tombée dans l'oubli, la collection de peintures a rejoint en 2006 le musée du quai Branly et a été complétée depuis. Les œuvres exposées ont été exécutées entre la fin du 18e siècle et le milieu du 20e siècle. Elles dévoilent plusieurs facettes de la relation occidentale à l'ailleurs, au regard de l'expansion coloniale, du développement de l'étude des sociétés lointaines et de la naissance des premiers musées d'ethnographie extra-européenne. Plus d'un demi-siècle après la décolonisation, cette exposition interroge le sens à donner aujourd'hui à ces images des lointains, depuis les visions exotiques jusqu'aux œuvres de propagande coloniale.

Une collection reflet de l’histoire coloniale

Plus de 120 tableaux d’une collection en comptant plus de 500 sont ici présentés. L’essentiel de la collection a été conservé et présenté entre 1931 et 2003 au palais de la porte Dorée, à proximité du parc de Vincennes à Paris. Cet édifice a été construit pour l’Exposition coloniale internationale de 1931. Destiné à abriter un musée colonial, son décor peint et sculpté célèbre la France et son empire outre-mer. En 1931, une exposition de peintures et dessins sur l’influence de l’exotisme dans l’art français y est présentée. Elle constitue les prémisses de la collection de peintures développée au musée des Colonies, devenu en 1935 musée de la France d’outre-mer. Outre les achats et les dons, la collection comprenait de nombreuses œuvres prêtées ou déposées par d’autres musées ou des particuliers. Deux œuvres longtemps exposées au palais de la Porte Dorée mais conservées aujourd’hui au musée national du château de Versailles et au musée d’Orsay témoignent dans l’exposition de l’histoire de la collection.

Après la seconde guerre mondiale, les anciennes colonies françaises accèdent à l’indépendance et le musée situé palais de la porte Dorée est dévolu en 1960 aux arts africains et océaniens. La collection de peintures est alors largement remisée en réserves. Mais le passé colonial demeure présent dans le décor sculpté et peint du palais de la Porte dorée, qui abrite aujourd’hui le musée national de l’histoire de l’immigration après le transfert des collections du musée national des arts d’Afrique et d’Océanie au musée du quai Branly en 2006.